Les Chalets du Pontot - Location vacances et séjours en bord d'étangs

L'historique des lieux

Voici l’historique du lieu où vous allez séjourner pendant quelques temps.
 
Avant d’entamer la lecture, nous vous conseillons de ne pas laisser la casserole sur le feu … car vous êtes partis pour deux pages !
 
L’histoire commence en 1984. J’investis dans une parcelle de terrain qui m’avait été indiquée par un voisin, Mr Roger Thibert que je me dois de citer puisqu’il est donc au départ de cette aventure. C’est une parcelle pleine de ronces, nettoyée par endroits par deux chevaux, qui offre de multiples possibilités dont la pente mais également des parties basses humides et tourbeuses ainsi que des parties sèches. Ce biotope varié attire de nombreuses espèces animales diurnes et nocturnes.

Mes origines (famille de pépiniéristes et paysagistes sur plusieurs générations), me permettent de voir à partir de l’existant ce qui peut être embelli. Tous les aménagements ont été faits en suivant d’abord le cadre existant et  peu à peu, des éléments qui paraissaient quelconques prennent du sens.

Mes distractions d’adolescent à la campagne étaient souvent en rapport avec la nature, la pêche, la chasse, le jardinage …

Tout se mettait donc en place grâce à mes origines, mes études de paysagiste, la passion de la nature et le premier terrain auquel j’allais donner sans but précis la tournure qu’il a maintenant.

Premier travail en 1990 : d’abord un chemin d’accès (moins grand que le chemin actuel) et le creusement d’une partie rivière devant la Piste aux Etoiles. Mais également un premier devis que j’essayais de diminuer en réduisant le volume de cailloux à apporter. Mon père, déjà malade, n’en verra pas plus. En sa mémoire, je nomme le site : l’Etang du Father car c’est ainsi que nous appelions nos parents quand mes frères et sœurs et moi étions collégiens.
L’année suivante, nous avons creusé le premier étang, sans niveau laser mais avec un simple niveau de maçon. Debout sur mon échelle, je visais à l’œil un repère, aidé par ma mère.
J’ai appliqué ce que j’avais remarqué lors de mes parties de pêche en rivières, à savoir le maximum de cachettes à offrir aux poissons en leur gardant des souches d’arbres pleines de trous par exemple.

Le deuxième étang se fait plus tard, suite à l’acquisition progressive d’autres parcelles de terrain. La pelleteuse revient …
Au fur et à mesure, se font des plantations d’arbustes ayant pour but de nourrir les oiseaux l’hiver, mais également des arbustes persistants (qui ne perdent pas leurs feuilles l’hiver) tels que bambous et cotonéasters, rendant le site moins triste à cette saison.

En 1995, ma sœur et son mari, de retour d’Afrique, cherchent un projet professionnel, peut-être dans le domaine du tourisme (camping ?). Ce sont eux qui m’influencent sur le devenir du Fay (c’est ainsi que je me réfère souvent à mon étang alors qu’il s’agit en fait du nom de la commune). Eux s’orienteront finalement sur l’élevage d’autruches.
 
2000

En 1997, nous implantons le premier chalet, le Colvert. Le chemin est prolongé, nous amenons l’eau et  l’électricité. L’idée de faire une petite « guinguette » destinée à lier un peu la population du Fay avec les résidents du chalet fera fausse route, je bousculais sans doute un peu trop les habitudes et de plus, les subventions espérées ne sont jamais arrivées, donc …

Dans le même temps, on implante la Piste aux Etoiles afin de permettre aux amis de venir profiter du site. IL s’agit d’une petite piste bétonnée qui peut permettre de danser.
Tout s’enchaîne, il y a de plus en plus de voitures, d’où la création du parking sans couper un seul arbre !

Les moutons (pas toujours rigolos !) se sont appropriés la Piste aux Etoiles. il faut donc les arrêter en faisant la petite partie rivière et le pont suspendu. Et ça marche sauf parfois avec les jeunes, décidément les jeunes …

Après le décès de ma mère en 2008, nous décidons de remettre deux chalets. « Nous », c’est Jackie qui est arrivée. Joli brin de femme un peu maigrichonne  (gênant, c’est moi qui tape le texte …) et son fils Julien qui vont prendre le train en marche. Moi qui ai quand même un certain retard face à l’ « ordi » je peux compter sur une aide précieuse dans le maniement de cet outil et des langues étrangères.

L’un de ces deux chalets est aux normes PMR (Personnes à Mobilité Réduite). Afin que nous puissions tous profiter pleinement du site, je crée des chemins supplémentaires qui permettent aux personnes en fauteuil d’aller sans risque jusqu’au bord de l’étang, puis de se promener dans le parc.

Au décès de mon oncle et ma tante en 2013, nous implantons le  chalet « Sarcelle ». Il  arrivera en trois parties et grâce au savoir faire des chauffeurs d’engins, aucun dégât ne sera à déplorer. Il prendra parfaitement sa place, intégré en une semaine à son environnement.
2014 sera un autre tournant de ma vie. Je vends ma maison (j’y ai aussi mon bureau) et son environnement où j’ai vécu pendant trente ans et j’installe sur une autre parcelle de la commune du Fay  mes locaux professionnels Une partie de la vente financera le Loriot, ce sera le dernier chalet.
Les gros travaux semblent être arrivés à leur terme.

Au terme de cette présentation, je tiens à remercier tous ceux (parents, proches, amis, personnel d’entreprise et administratif) qui n’ont cessé de m’accompagner avec leur diverses compétences. J’ai aussi en tête les sourires, et parfois  les larmes  de nos vacanciers à leur départ, en fin de séjour.

Cet historique a pu paraître long à beaucoup d’entre vous. Il faut m’excuser mais je l’ai écrit avec sincérité et pour répondre aux questions intéressées qui me sont souvent posées.
Nous vous proposons d’enchaîner sur les pages suivantes … ou de reprendre tout d’abord les préparatifs que nous vous avions conseillés d’interrompre en introduction  … Bon appétit !
 
Pierre ANTIER et Jackie.

Imprimer

Partenaires

Notre location vacance le fay est sur
abritel logo
Logo CleVacance 2015
Booking